Entrepreneurs, votre santé est-elle votre plus grand projet ?

Avoir son entreprise est un investissement personnel considérable, une charge de travail et une pression importante qui pèsent constamment sur les épaules des patrons. Cela a une répercussion certaine sur leur santé. Dans le milieu professionnel et de l’entrepreneuriat, le sujet de la santé est tabou ou un sujet secondaire. J’ai un jour discuté avec un chef d’entreprise dans la soixantaine et je lui ai posé la question suivante : « As-tu prévu un plan de relève au cas où il t’arriverait quelque chose ? ». Il fut surpris par ma question et il me répondit que le côté financier était prévu. Je lui reposai la question différemment : « Qu’arrivera-t-il à ton entreprise si tu as un accident, une incapacité à pouvoir travailler durant plusieurs semaines ? ». Il éluda la question et changea de sujet. Ce refus de répondre illustre une réalité bien présente dans notre société; nous ne voulons jamais penser au pire, prévoir fait peur et il y a souvent plus urgent à régler de toute façon ! Pourtant, la santé mentale et physique des dirigeants devrait faire partie intégrante de la stratégie des entreprises!

Entrepreneurs - santé - limite

Les personnes qui me connaissent me considèrent comme une personne très active. J’ai beaucoup d’énergie que j’investis dans de nombreux projets personnels et professionnels. Plus vous êtes productif et performant, plus vous augmentez vos objectifs et cette spirale ne s’arrête que lorsque vous dépassez vos limites. À deux reprises dans ma vie, mon corps m’a rappelé que j’avais des limites. Ces événements m’ont fait prendre conscience que ma santé était l’une des plus grandes richesses que je pouvais posséder.

 

Apprendre à ne pas être stressé inutilement !

Il y a plusieurs années, après mon doctorat, j’étais en poste comme directeur scientifique par intérim. Cette expérience de travail m’a permis d’avoir sous ma direction deux équipes qui travaillaient sur deux gros projets de recherche. Très rapidement je me suis rendu compte que les deux équipes étaient dysfonctionnelles, avec des conflits à l’interne. Le climat de travail était très difficile. Je ne ferai pas le détail de toutes les problématiques rencontrées, mais elles m’ont permis d’acquérir une expérience en gestion des ressources humaines et de gestion de conflit. Pendant cette période, j’avais des plaques qui apparaissaient sur mon corps tous les mois. Après des tests d’allergie et des consultations chez le médecin, une visite chez un dermatologue m’a permis d’élucider le mystère. Ce dernier m’a expliqué que le stress était à l’origine de ces plaques. Il m’expliqua qu’il avait vécu la même situation et que la seule solution était d’éliminer tous les stress inutiles de ma vie. Il me fallait apprendre à prendre mes distances de certaines situations sur lesquelles je n’avais aucun contrôle. Cet apprentissage me fut très utile par la suite, car nous sommes tous les jours soumis à des situations pouvant générer un certain niveau de tension.

 

Apprendre à définir ses limites !

Il y a quelques années, malgré les avertissements de certaines personnes près de moi, j’ai atteint ma limite. Quand vous vivez à 200% depuis des mois et des années, vous n’avez plus aucun recul sur votre vie. Le stratège perd le focus, car l’adrénaline générée par ce mode de vie est plus forte que tout. Et c’est là que vous frappez le mur ! Par chance, deux personnes m’ont fait ouvrir les yeux. Pour vous donner un aperçu de la situation, mon travail m’amenait à être toujours sur la route. Je partais souvent très tôt le matin, j'enchaînais les rendez-vous, travaillais au restaurant, etc. Il y a des journées où je répondais à des appels à partir 6h du matin et je finissais ma journée au bureau vers 19h. Après être rentré à la maison, je continuais à régler les dossiers que je n’avais pas eu le temps de traiter la journée même. Lorsque je me suis rendu compte de la situation, cela grâce à mes proches que je remercie encore aujourd’hui, je me suis imposé de nouvelles règles :

  • Je ne réponds au téléphone qu’entre de 8h et 18h, sauf urgence;

  • Je limite mon temps de travail en ne travaillant plus la fin de semaine;

  • Je m’oblige à prendre des poses et 1h pour les repas durant la journée.

 

Réduire les attentes des partenaires !

Le numérique a considérablement augmenté la vitesse des communications, mais a aussi créé des attentes. J’ai toujours été rapide à répondre aux courriels que l’on m’envoie. J’aime bien régler rapidement les différentes demandes qui entrent. Après la naissance de mon fils, la fatigue faisant, je répondais un peu moins vite à mes courriels et messages. Une certaine frustration s’est alors installée chez plusieurs de mes collègues qui s’étaient habitués à des réponses presque instantanées. La technologie, même si elle améliore notre mode de vie, crée des attentes fortes et il est difficile d’y faire face. Pour ma part, j’ai trouvé des solutions intéressantes :

  • La première solution que j’ai mise en place est de n’ouvrir ma boîte de courriels que quelques fois par jours. Cela me rend plus efficace, car je ne suis pas constamment distrait par l’arrivée de nouveaux messages.

  • Si je réponds à des courriels de travail le soir et la fin de semaine, j’ai pris l’habitude de programmer leur envoi durant les heures normales de bureau. Par exemple, si vous utilisez Gmail, vous pouvez installer gratuitement le CRM Streak. Ce dernier offre une option de programmation des envois des messages.

  • Lorsque je reçois des textos ou des messages non urgents, je prends toujours un certain temps avant de répondre.

Ces quelques astuces m’ont permis de réduire les attentes de mes collègues et de mes partenaires en les habituant à un délai de réponse plus ou moins grand.

 

Apprendre à faire des gestes « santé » !

Lorsque l’on s’investit dans de nombreux projets, nous oublions souvent de prendre soin de nous, tant au plan physique, que mental. Mes années à des postes de direction m’ont permis de m’en rendre rapidement compte. Le premier projet que nous devrions tous avoir en priorité c’est notre santé !

Pour rester efficace dans une vie d’entrepreneur ou de dirigeant, il est impératif de se respecter, donc d’avoir son quota de sommeil, de s’accorder des moments de repos, des moments pour soi, de diversifier ses activités en s’investissant dans des domaines autres que celui du travail, par exemple le sport ou la vie associative.

Pour ma part, je m’impose certaines règles :

  • Depuis plus de 7 ans, mon emploi de directeur général et la création de mon entreprise m’ont amené à passer beaucoup de temps en réunion, à être en déplacement et à manger dans les restaurants. Le problème reste que les repas proposés sont souvent gras, très sucrés et parfois même un peu arrosés. Dorénavant, lorsque je vais au restaurant pour affaires, je choisis des repas santé, sans friture, avec des fruits et légumes, puis je ne prends plus de dessert. Cela me permet de rester en santé et de contrôler un peu mes apports caloriques.

  • La vie sédentaire actuelle (le temps passé devant un ordinateur ou dans l’automobile) ne nous permet pas de garder une bonne forme physique. Pour ma part, je me force à faire un peu de sport toutes les semaines. Je suis inscrit dans une salle de sport où je vais de 1 à 3 fois par semaine. Lorsqu’il y a un ascenseur, je cherche les escaliers. Dès que je le peux, je marche à la place de prendre ma voiture. Lorsque je fais mes courses, je gare ma voiture ou il y a toujours de la place, au fond du stationnement. J’ai aussi pris l’habitude de tondre la pelouse, de pelleter mon entrée, de ramasser les feuilles mortes, de m’occuper du jardin, etc.

  • Autre point très sensible : le manque de sommeil. Les entrepreneurs ont l’habitude de se lever très tôt et de se coucher très tard, car il est difficile de déléguer certaines tâches stratégiques. À la longue, la fatigue et l’irritabilité s’installent insidieusement et réduisent la résistance et la capacité de réaction, qualités fondamentales de tous les entrepreneurs. Avoir son entreprise, c’est comme courir un marathon, il faut savoir maîtriser son énergie pour finir la course. Imaginer un marathon sans fin, c’est le quotidien des entrepreneurs. Pour ma part, lorsque la fatigue s’installe, je prends le temps de recharger mes énergies afin de réellement être efficace. Par exemple, il m’arrive parfois de ne pas activer mon réveille-matin pour m’assurer d’une meilleure récupération.

 

Savoir s’arrêter !

Travaillant souvent plus de cinquante-cinq heures par semaine, j’ai compris que la vie doit être équilibrée, afin de maintenir une bonne santé mentale. Avoir des activités qui ne sont pas en lien à mon travail est devenu presque une nécessité, car cela me permet de maintenir un équilibre entre ma vie personnelle et ma vie professionnelle. J’ai donc pris l’habitude de diversifier mes activités. Par exemple, mon travail étant très intellectuel, je fais durant mes temps libres des activités majoritairement manuelles ou physiques. Depuis cette année, je me surprends même de ne plus ouvrir mon ordinateur durant la fin de semaine. Vous allez me demander : « Comment fais-tu ? ». Avec le temps, j’ai compris que mes réflexions stratégiques, que les préparations de stratégies digitales, de plans directeurs TI, de plans d’affaires et que mon coaching sont de plus grande qualité lorsque je prends le temps de décrocher. Je suis donc plus efficace dans mon travail.

Lorsque j’étais étudiant, j’ai été beaucoup impliqué dans les associations de mon université. La vie m’a graduellement éloigné de cette implication bénévole, pourtant si gratifiante. Depuis quelque temps, je renoue avec mon implication, car je souhaite que mes gestes puissent faire un changement positif dans ma communauté. Cela me permet aussi de développer mon réseau social et d’affaires, d’élargir mes horizons, d’avoir le sentiment de ma propre valeur et d’offrir gratuitement l’expertise acquise à des causes qui me tiennent à cœur.

 

Pour conclure, la réussite ne doit pas être que professionnelle. Les changements apportés m’ont aussi offert la possibilité de mieux concilier travail et famille. Lorsque je passe du temps avec mon fils et mes amis, je suis 100% présent. Je suis sûr qu’une bonne santé et un équilibre de vie sont la clé de la réussite. Qu’en pensez-vous ?

 

Pour toutes questions : Florent Garnerot \ Services-Conseils GaNéo \ info @ganeo.ca